AC PACA Actualités & Documents Analyses & Propositions Politique(s) Chorégraphique(s)

Newsletter Novembre 2009

voeuxAC2009aPresque trois ans qu’AC PACA est né d’une envie commune, une nécessité de partager, réagir, proposer et réfléchir ensemble à la politique culturelle chorégraphique de notre région.

En finir avec l’isolement et l’individualisme des acteurs chorégraphiques, partager et échanger nos points de vue et nos idées, s’écouter et s’enrichir des diversités d’opinions, apporter des réponses et propositions communes aux problématiques qui sont les nôtres. Cette collectivisation de pensées a vu le jour suite à la réaction à une proposition d’Angelin Preljocaj associé à l’Arcade et son Tremplin Danse en 2007. Réaction collective qui a donné lieu à une réponse publique et un communiqué intitulé « NON MERCI ». Cette phase d’écriture et de réponse commune a généré de façon évidente, la décision d’aller plus loin qu’une réponse unitaire à un danse crochet, continuer à rassembler les énergies, les propositions et les forces des acteurs chorégraphiques en région PACA. Le 1er juin 2007 naissait AC PACA.

Depuis ce regroupement d’acteurs chorégraphiques traverse différentes phases et travaux, des commissions, des chantiers, des universités d’été et dans une fluctuation de ses composants et de ses forces vives et actives, il tend à être « pôle de vigilance et force de proposition » (Cf. Charte des AC PACA). Nous nous sommes engagés à dégager du temps en commun favorable à la connaissance et à l’échange, mais aussi aux réflexions et aux propositions qui définissent nos métiers et nos nécessaires diversités. Pas toujours très simple nous avons appris à nous connaître, à nous respecter, à nous disputer.

DISPUTER, DISCUTER : Ces deux mots expriment une opposition de pensée ou de sentiment ; mais, d’après leur étymologie, l’opposition dans le dernier tombe sur la nature de la chose dont on discute, et dans le premier elle est plutôt dans les esprits qui pensent différemment. De là l’idée de querelle qui s’attache toujours à la dispute, tandis qu’elle n’est pas dans la discussion. Qui discute a raison, et qui dispute a tort, dit Ruhlières dans le poème des Disputes.

Nous avons partagé nos idées, nos expériences, nos compétences, nos regards… Ce qui a impliqué une meilleure compréhension et estime de l’autre et a ainsi favorisé notre influence.

Notre composition est et sera fluctuante et variable : notre première université d’été en 2007 a rassemblé 50 acteurs, la 2ème en 2008 25, puis la 3ème en 2009 19, nos forces (individuellement) sont en réalité et objectivité d’une quinzaine d’acteurs ACtifs. Cela nous a découragé bien des fois, donnant un sentiment de « A quoi bon ? », d’autant qu’AC PACA n’a jamais défendu les gloires, réussites et reconnaissances personnelles de ces acteurs, mais toujours travaillé à ce qui fait sens et commun à nous tous AC et hors AC (Cf. Chronologie)

Nous continuons à communiquer vers tous les acteurs, nos réflexions, nos communiqués, nos travaux et chantiers et appelons régulièrement à nous rejoindre et/ou à contribuer comme à nourrir nos actions et propositions. Malgré les obstacles (manque de temps, de relais, de mobilisation, d’argent…) et les réalités de plus en plus difficiles pour l’existence et la viabilité de nos métiers au sein d’une société capitaliste en pleine crise, AC PACA perdure, se renforce et apporte à chacun des acteurs ACtifs bien des satisfactions. Nous nous grandissons de nos chantiers et travaux en commun. Nous voyons bien qu’il y a là des réponses (même petites) à notre condition d’individu individualiste. Nous tentons de sortir des soumissions systématiques, des acceptations historiques. Comme nous ne nous pouvons pas plus nous plier aux consensus politiques et à leurs retombées.

Utopie pragmatique, puisque nous nous donnons les moyens ici et maintenant de travailler ensemble pour sortir de la logique du repli sur soi, de la compétition, du chacun pour soi… Nous nous impliquons, nous nommons, interrogeons, proposons, dénonçons… Nous projetons, nous n’avons pas de projet :

PROJET : Le coeur de la nouvelle culture capitaliste. Le « projet » apprend à travailler seul, à viser une production, c’est à dire à réaliser un produit. Le projet détruit le temps et le long terme. Il a un début et surtout une fin. Il est remplaçable par un autre. Pour le pouvoir, (très friand des projets) il transforme des relations politiques en relations marchandes car il permet d’acheter des prestations-produit en les déguisant en démarches. En management, « projet » remplace « hiérarchie ».Avec l’envahissement de la culture du « projet » depuis une vingtaine d’années le capitalisme révèle le cœur de son idéologie : une société qui n’a plus de projet (de transformation sociale vers plus toujours plus d’égalité) et dont la volonté politique semble se résigner au règne de la marchandise pour cause de concurrence, de mondialisation, et d’écroulement des socialismes « réels », ne cesse de demander à ses citoyens (et surtout aux plus pauvres privés d’avenir) de se projeter, de faire des projets, (des micro-projets d’adaptation). Une société qui ne se projette plus dans l’avenir mais aménage à l’infini le présent de la marchandise dans un capitalisme pour seul horizon dispense des miettes de futur sous forme de micro-projets où chacun devient petit capitaliste de sa vie… Citation de Maurice Blanc, Lastes, Université Nancy 2 / Suite sur www.scoplepave.org

De façon plus concrète, ci suit l’actualité d’AC PACA à vous faire partager :

AC PACA décide de concentrer ses forces et actions en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sans échapper aux problématiques nationales, mais avec la conviction que les actions et propositions sur le national ne pourront avoir un poids véritable et recevable si et seulement si toutes les structures et regroupements (nationaux ou régionaux) tendent des liens privilégiés et des ponts d’échanges et de collaborations et partagent des actions communes dans le respect des différentes identités de celles-ci.

Continuer à proposer et agir auprès de nos interlocuteurs institutionnels en région et notamment le conseil régional PACA et son opérateur l’ARCADE : Répartitions budgétaires, évaluation/expertise, mise en place des états généraux de la danse en PACA. Mais aussi à la Mairie de Marseille, voir « Courrier à M. Daniel Hermann -  Dir. Général des Affaires Culturelles - Mairie de Marseille ».

Initier des ruches de réflexions, d’écoutes et de nourritures en région avec tous les acteurs chorégraphiques du micro au macro.

Interroger la et les formations en danse, l’architecture et les contenus des lieux de l’art chorégraphiques, les labellisations, les droits et les devoirs, les indispensables mutations, les politiques…

Regardons nous différemment.
Ravalons nos susceptibilités et nos rancunes, nos jalousies et égocentrismes.
Brisons nos isolements et nos schémas de soumission.
Soyons utopiques et réalistes et agissons pour les changements des cadres et des systèmes inadaptés.
Inventons notre présent.

ACtivement
Acteurs Chorégraphiques en région PACA

Si vous souhaitez soutenir AC PACA sans pouvoir participer directement et physiquement aux travaux et chantiers d’AC, c’est possible. Nos travaux engagent des frais multiples (impressions, photocopies, courriers, déplacements…), vous pouvez dès maintenant nous soutenir en vous faisant connaître auprès d’AC PACA. D’avance merci…

A télécharger :

logo_pdfNewsletter Novembre 2009

Les commentaires sont fermés.

Motorisé par: Wordpress